Avertir le modérateur

14/10/2010

praticiens lunetiers et vente en ligne

Alors que les achats sur Internet se font de plus en plus d’adeptes, le regroupement des praticiens lunetiers se voie face à un certain dilemme. Dans le cadre d’une exposition globale appelée Silmo sur les nouvelles prestations de service des opticiens qui va bientôt se tenir le 23 au 26 septembre prochain 2010 pour un éventail de lunettes, les lunetiers qui sont, d’une part, contraints à suivre l’avancée de la demande notamment des propositions de ventes de binocles sur Internet. En effet, la vente de lunettes est certainement lucrative depuis un bon bout de temps avec un rendement de 5,7 milliards d’euros au niveau de l’offre. Etant donné que la vue se dégrade au fur et à mesure que l’on atteigne un certain âge, des sociétés majeures dans le domaine de la fabrication de lunettes telles que GrandVision ou GADOL-Optic 2000 s’initient à satisfaire au maximum la demande qui ne cessera d’augmenter d’ici quelques temps avec actuellement un gain allant jusqu’à 70 %. Des alternatives se reposent ainsi par rapport aux lunetiers ordinaires et les lunetiers du « futur » puisque depuis quelques temps, les assurances ont instaurés leurs agences de praticiens lunetiers en établissant un mode de collaboration se basant sur des supplémentaires de santé qui feront en sorte de soumettre les praticiens lunetiers à réduire le coût de leurs binocles. De ce fait, les lunetiers qui détiennent déjà un bénéfice de 63 %, y trouvent leurs avantages en étant payés directement par le biais des assureurs sans passer par un autre organisme. Des suppléments qui couvriront entièrement les risques. Quoi qu’il en soit, le regroupement des praticiens lunetiers à l’instar de la FNOF (Fédération Nationale Opticiens de France) ou bien le Synope (Syndicat des Opticiens sous Enseigne) ont catégoriquement révoqué ce nouveau système de supplément, le 24 avril dernier, en demandant le repli des mutuelles Kalivia (Malakoff-Médéric et Harmonie Mutuelles) sur le vaste terrain de l’offre et de la demande. Les lunetiers classiques se verront perdre leurs affaires. Le regroupement des praticiens lunetiers est solidaire malgré l’entrée de la vente en ligne sur Internet qui peut diverger les convictions. Avec l’accord du ministère de la santé sur l’exercice plénière de la vente en ligne de produits d’optiques sur Internet, l’UDO (Union des Opticiens) est en connaissance de cause. Mais, la mise en place de certaines pages Web en vue de satisfaire la demande sur la vente de binocles dénommée « pure players » remet en cause une certaine inquiétude. Alors, comment peut-on savoir réellement si le support du binocle est vraiment adéquat par rapport à celui qui le porte étant donné que le praticien lunetier ne sera pas présent au moment de l’essayage ? En sachant que la moindre mauvaise fixation peut engendrer une nette différence sur la portée du binocle. Toutefois, certains sites d’achats secondaires conseillent d’arranger ce tracas, en ne se procurant que les verres lors de l’achat en ligne puis de trouver ensuite un praticien lunetier affilié aux assureurs pour procéder à la fixation ainsi que le choix du support.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu